Dans un contexte économiquement difficile, il est demandé aux directions informatiques d’augmenter les niveaux de services et les rythmes de mise en production tout en maîtrisant (voire diminuant) les budgets de ce centre de coût.  Seule une industrialisation permet l’atteinte de ces objectifs. Pour y arriver plusieurs leviers :

  • L’utilisation des innovations technologiques présentés par les différents constructeurs
  • L’optimisation des processus de production
  • La maîtrise de son patrimoine informatique au travers de référentiels complets, documentés, structurés et partagés
  • La maîtrise de son plan de continuité
  • La maîtrise  (et la cohérence) du portefeuille projets

Certes cela faisait un moment que je n’avais pas posté, mais enfin quand même !  Après une manip’ aussi hasardeuse que désastreuse, je viens de supprimer l’ensemble des articles que j’avais pu écrire sur ce blog…. à ce jour, donc, j’ai (presque) perdu les anciens articles de betecommechou.com. Il me restait heureusement une version de la base d’articles. Je vais donc essayer de republier les articles présents sur le site, en conservant la chronologie de publication. J’en profiterai pour supprimer les articles qui ont vraiment mal vieilli.

Pour éviter qu’une nouvelle erreur de ma part ne m’amène à nouveau à tout reconstruire, j’ai installé le plugin updraftplus. N’hésitez pas à y jeter un œil, la configuration est vraiment simple, et si cela peut éviter la petite cuillère pour retrouver une petite partie des articles, je vote pour.

Comme une page blanche permet de re-réfléchir, j’en ai profité pour changer le thème du site. J’espère que vous apprécierez.

Dans le cadre du déploiement d’une boutique Magento sur plusieurs site, j’ai pas mal chercher avant d’arriver a trouver comment paramètrer le serveur et l’application correctement. Voila la méthode que j’ai utilisée pour arriver à mes fins. J’espère que cela pourra aider certains d’entre vous.

Première réaction à l’article Michelle Blanc sur son blog suite à une lecture faite il y a un moment sur le site de Danah Boyd (http://www.danah.org/papers/KnowledgeTree.pdf). Je consulte régulièrement et suis habituellement étonné de la complétude de ses analyses, cependant cette fois, je reste sur ma faim. Aie !

Madame Blanc y dresse un parallèle très parlant le couple téléphone-télévision et facebook-internet. Certes ces derniers sont les successeurs des premier, et bien entendu je partage l’opinion que diaboliser n’a pas de sens (voire même sera contre-productif). Il me semble par ailleurs qu’un des commentaire de cet article est plein de bon sens : ” 1 – Si tu n’as rien à dire de gentil, ne dis rien! En bref, aucun bitchage n’est toléré, sous peine de devoir s’excuser à la personne par le même média et de retirer les commentaires faits. 2- Aucune médisance sur sa propre personne n’est toléré, si qqn t’écrit qqc de méchant sur ton mur, tu l’enlèves illico de tes amis. 3- Aucun inconnu accepté dans le réseau.”

 

Quant a mon addiction aux signaux de fumée rassurez-vous, elle est plus que limitée.

Je reprends ici un article posté en Novembre 2009 par Martin DUURSMA, Vice Président de Citrix Labs et de de la “Chair of the Citrix CTO Office”. Il ne s’agit pas que d’une traduction dans le sens ou je résume également l’article, sans en déformer je l’espère le propos.

Bloomberg vient de racheter New Energy Finance, une société anglaise centrée sur les news, les données et les analyses  sur les énergies renouvelables, les marchés carbones et l’energie nucléaire. Les termes financiers de cet accord n’ont pas été révélés.

New Energy Finance, fondée en 2004, offre des abonnements à des news, analyses et recherches à des clients bancaire, et investisseurs impliqués sur les marchés des énergies renouvelables et les marchés carbone. Cette société est composée de 130 personnes réparties dans le monde entier.

Selon Peter Grauer, chairman, Bloomberg,  “Les problématiques des energies propres et fossiles, impactent tous les segments de notre économie, et cet impact est de plus en plus marqué aux yeux de nos clients. Bloomberg souhaite etre le leader dans l’informationn les analyses et les architectures de trading afin de supporter les solutions à faible emission de carbone.”

Guy Turner, directeur du département “carbon market research”, New Energy Finance, ajoute  : ” Les marchés carbone globaux existeront encore un moment. Cette année le volume des échanges représentera environ 120 milliards de dollars, et nous nous attendons à ce qu’il augmente environ à 2000 milliards d’ici 2020. Les modèles du marché carbone développés par New Energy Finance sont les plus respectés du marché et travailler avec Bloomberg nous permettra de les distribuer là ou ils seront utiles, dans les mains des traders et autres acteurs des marchés.”

On savait déjà que les principaux acteurs de l’économie numérique portaient une attention toute particulières aux questions energetiques et environnementales lors des constructions de datacenters, et la mise en place de leurs infrastructures,il apparait maintenant que les principaux organes d’informations se préparent également à un nouvel ordre dans lequel l’indépendance énergétique sera plus fondamental que jamais.

Après une absence plus longue que je l’aurais souhaité voici un petit rappel pour certains et une introduction pour les autres concenrant la virtualisation. Je reprend pour cet article une classification que j’ai trouvé dans un papier de Microsoft que je trouve interessant, néanmoins, je ne me limiterai pas dans cet article aux seuls aspects Microsoft. Il s’agit la d’une article théorique, en effet, les consommations (overhead) des différentes solutions de virtualisations ne sont pas toujours aussi négligeables suivant l’environnement dans lequel on se trouve.

Virtualisation matérielle côté serveur : Aussi connue sous le nom de virtualisation complète ou d’hyperviseur, ce type de virtualisation s’appuie sur un noyau OS très léger dont le but est de représenter  une architecture réelle, sans simplification, de facon à ce que l’OS hébérgé n’ait pas conscience du coté virtuel. Cet hyperviseur peut héberger des machines virtuelles (VM) indépendantes et ayant des OS différents. Cette forme de virualisation requiert que le matériel inclue des extensions matérielles facilitant la virtualisation complète. AMD ainsi qu’INTEL ont ajouté ces jeux d’instructions dans les générations récentes de leurs processeurs. L’hyperviseur étant une couche légère, il n’y a qu’une faible surcharge, ce qui permet une grande scalabilité des machines virtuelles. Les principales solutions de virtualisation complete sont :

KVM (Kernel Based Virtual Machine), hyperviseur de type II fonctionnant sous Linux pour les architecture IA32 et IA64

Qemu  pour plusieurs type d’architecture

VMWare ESX et VMWare Wor

* Server Hardware Virtualization. Also known as a hypervisor, Server Hardware Virtualization runs a very lightweight core operating system. The hypervisor can host independent virtual machines (VMs). This form of virtualization requires hardware that has embedded virtualization awareness capabilities. Since the hypervisor is very lightweight, there is little overhead in the system, which allows for more scalability in the virtual machines.

* Server Software Virtualization. An operating system, such as Windows Server® 2003 or Windows Server 2008, runs an application that is able to host virtual machines. Each virtual machine runs a completely separate operating system and application set.

* Presentation Virtualization. Centralized systems host multiple user sessions, and all processing is done on those host systems. The user sessions are isolated from each other. Only the presentation information, such as keyboard and mouse inputs, and video updates are sent between the client and the host system. The client can be a full Windows-based workstation or a Windows-based terminal device.

* Application Virtualization. An application is isolated from the underlying operating system by means of wrapper software that encapsulates it. This allows multiple applications that may have conflicting dynamic link libraries (DLLs) or other incompatibilities to run on the same machine without affecting each other.

* Desktop Virtualization. This is similar to Server Software Virtualization, but it runs on client systems such as Windows Vista®. The client operating system runs a virtualization application that hosts virtual machines. This is often used when a specific person needs to run one or a limited number of legacy applications on a legacy operating system.

En surfant ce matin je suis tombé sur cet article “5 étapes pour accompagner la migration Cloud Computing

http://www.networkinstruments.com/newsletter/2009/may_fr_web.html

J’ai trouvé l’approche interessante et ai souhaité étendre la réflexion plsu loins que les seuls aspect prurement réseau. A quoi faut il réfléchir dans le cadre de l’adoption de technologies cloud au sein d’une entreprise :

1. Conduire un Audit de pré-déploiement et de préparation

2. Déplacer le focus des directions informatiques

3. Déterminer les priorités

4. Considérer la redondance des accès Internet

5. Responsabilités des fournisseurs de services

Préambule

Cet article est une traduction de la page concernant le data model sur lequel est basé Cassandra. Cependant il sera amené à évolué au fur et à mesure de mes recherche sur ce gestionnaire de données.

Introduction

L’unité de base de controle d’accès au sein de Cassaandra est la Famille de colonne (Column Family). Une table est composée d’une ou plusieurs Column Families. Une ligne dans une table est identifiée de manière unique par une clé unique. Cette clé est une chaine de caractères de longueur quelconque. Le nombre de Column Families et le nom de ces dernières est fixé à l’avance, lors du démarrage du cluster. Il n’y pas de limitation quant au nombre de Column Famillies mais ce nombre doit rester relativement restreint.

Voila une vidéo qui fait un tour d’horizon des solutions de gestion de données récentes. L’argument est clair : les SGBDR traditionnels tels qu’Oracle, Sybase, MS-SQL Server pour les licenses commerciales ou MySQL ou PosgreSQL ne sont pas forcément adaptés à l’usage que l’on souhaite en faire dans les business modernes. Dans cette conférence données à l’occasion de la  PyCon 2009 (en Mars 2009) Bob Ippolito fait le tour des principaux avantages et inconvénients de chacune des solutions :

  • BigTable (Google)
  • Dynamo (Amazon)
  • Cassandra (Facebook)
  • Voldemort (tres rapidement)
  • memcached
  • Tokyo Cabinet
  • Redis
  • CouchDB
  • MongoDB
  • Vertica
  • Hadoop (dans les questions et réponse)